Accueil > Campaign trail > LETTRE D’IGNATIUS LEONG AUX FEDERATIONS : KIRSAN ET SES PROMESSES

LETTRE D’IGNATIUS LEONG AUX FEDERATIONS : KIRSAN ET SES PROMESSES

La campagne électorale FIDE 2014 du président sortant, en poste depuis 19 ans, Kirsan Ilyumzhinov, est certainement la plus déloyale que nous n’ayons jamais vue. Son dénigrement et les coups bas sont les actes d’un homme désespéré qui fait des choses désespérées.

Pourquoi l’équipe d’Ilyumzhinov agit-elle de façon si déloyale ? Garry Kasparov leur a fait peur en amenant une nouvelle énergie, plus d’argent et de nouvelles idées pour les échecs.

Kasparov représente les changements nécessaires, la suppression d’un régime vicié et corrompu composé d’Ilyumzhinov, de Georgios Makropoulos et d’autres, ou « Makro et ses amis ». Les frénétiques attaques personnelles de l’équipe Ilyumzhinov montrent qu’ils savent combien leurs soutiens sont faibles et combien de leurs partisans de 2010 les ont abandonnés en faveur de l’équipe de Kasparov.

Je suis depuis longtemps déçu par la FIDE d’Ilyumzhinov, mais parce que j’aime les échecs et que je n’ai jamais eu les moyens d’avoir une réelle chance de mettre sur pied un ticket gagnant qui serait consacré à servir les échecs, j’ai accepté de le rejoindre, il y a de nombreuses années. J’ai désormais réalisé à quel point j’étais naïf de croire que je pouvais faire une différence de l’intérieur.

Quand j’ai été approché par Kasparov pour faire partie de son équipe – de professionnels, de sponsors et de vrais joueurs d’échecs, tous ceux qui aiment passionnément notre jeu – j’ai immédiatement sauté sur l’occasion. C’était clairement une opportunité qui ne se présente qu’une fois dans une vie, pour nous permettre à tous d’amener enfin les échecs à leur place légitime aux yeux du monde.

Kasparov m’a averti que quand j’aurai ouvertement déclaré être de son côté, je serais vilipendé à un point que je ne pouvais pas imaginer. Il sait lire un adversaire et il avait 100 pourcent raison !

En lançant de fausses accusations dans une tentative de me salir, Ilyumzhinov insulte à la fois les membres de notre équipe et, plus grave, ceux qui nous soutiennent dans notre quête de changement. Par souci de transparence et pour me permettre d’avoir accès à des fonds pour développer ma région (ce que la FIDE n’a pas réussi à faire depuis des décennies, en dépit des promesses d’Ilyumzhinov), j’ai demandé et on m’a donné un contrat pour le faire à travers la Kasparov Chess Foundation.

Nous ne pouvons pas « acheter » des votes à moins qu’il n’y ait des vendeurs, et la plupart des fédérations asiatiques qui nous soutiennent ont fait des déclarations pour dire qu’ils sont insultés car ils n’ont ni demandé ni reçu quoi que ce soit ! Mon contrat avec Kasparov et KCF met par écrit que tous les fonds vont à la promotion et au développement du jeu d’échecs, pas à moi, ni à qui que ce soit d’autre.

Les accords de Kasparov, ici et à travers le monde, offrent des garanties avec l’argent nécessaire et un plan éprouvé pour faire croître les échecs dans un climat de transparence et de soutien mutuel. C’est ce dont les fédérations ont besoin et ce que les sponsors veulent – et c’est exactement ce dont les gens d’Ilyumzhinov ont peur.

A l’inverse, Ilyumzhinov veut que tout soit confidentiel et derrière des portes closes. Ses exploits de corruption sont épiques. Un exemple typique : son abus flagrant des ressources de la FIDE et les 10 millions de dollars qu’Ilyumzhinov prétend avoir mis dans Global Chess pour sa campagne. Dans la course à sa réélection, il est prompt à distribuer des fausses promesses tels que les $ 500 000 promis aux pays africains lorsqu’il est venu, plus tôt cette année. C’était un flagrant copié-collé de sa campagne de 2010, mais les fédérations ne vont pas retomber dans ce piège maintenant qu’elles ont une alternative nettement supérieure avec l’équipe Kasparov.

De son site internet, il ressort clairement que la FIDE est considérée comme rien de plus qu’une société privée d’Ilyumzhinov. Sa communication est autour de ses visites de campagne électorale. Même les demandes pour sa nomination ont été faites par la direction et les employés de la FIDE, dans les bureaux d’Athènes et de Moscou. Et tout à coup, et jamais vu jusqu’alors, il y a une abondance de séminaires FIDE qui se tiennent partout dans le monde. Cet argent n’appartient pas à Ilyumzhinov. La FIDE n’appartient pas à Ilyumzhinov. Il est en train d’abuser de l’organisation et des fédérations nationales qu’il est censé servir.

Qui aide Ilyumzhinov à passer à l’action après 19 ans de stagnation ? Sa campagne a bénéficié de l’aide de la Russie à travers ses ambassadeurs et le personnel de l’ambassade dans chaque pays, et ils vont ouvertement partout en offrant des bourses universitaires, des bâtiments académiques, des bureaux à la fédération, des prix pour les tournois, etc. Non pas que ces promesses soient susceptibles d’être tenues, bien sûr. Comme avec les propres promesses d’Ilyumzhinov, elles s’évaporeront dès que l’élection sera terminée, même s’il la gagne.

Une fois encore, dans un contraste saisissant, Garry Kasparov rencontre de hauts responsables publiquement et sous une grande attention des médias. Les ministres des sports et de l’éducation, les présidents des Comités olympiques, et même de nombreux chefs d’Etat l’ont accueilli et se sont immédiatement engagés à participer à ses plans ambitieux pour développer les échecs comme un sport et dans l’éducation.

Qui plus est, Kasparov amène des sponsors à la table partout où il va et il a le soutien massif de la communauté échiquéenne. Tout cet incroyable soutien public et financier alors que la FIDE d’Ilyumzhinov prétend qu’elle ne peut pas trouver de sponsors car les échecs sont un « mauvais produit » !

On pourrait croire que c’est parce que je suis si terrible que la FIDE a soudain dû me destituer de mon poste de Secrétaire général, mais la vérité est plus simple. Jusqu’à ce qu’Ilyumzhinov trouve un autre moyen, j’étais signataire des dépenses de la FIDE telles que préparées par le trésorier élu et approuvées par le directeur exécutif salarié qui, surprise, est une seule et même personne, Nigel Freeman !

Avec les dépenses qui ont lieu à la FIDE, ce n’est pas seulement mes questions et objections habituelles (qui sont toutes ignorées), mais le fait est que je suis maintenant sur ​​le ticket de Kasparov, donc il faut peu d’imagination pour imaginer ce que je dirais aujourd’hui!

Par exemple, juste avant le Congrès de Tallinn, la FIDE a transféré des fonds à certaines fédérations du continent américain. Avant de signer, j’ai demandé au directeur Trésorier-Directeur exécutif pourquoi c’était et la réponse fut que ces fonds étaient les promesses électorales de 2010 d’Ilyumzhinov. Le Trésorier-Directeur exécutif a approuvé que la FIDE paye ces dernières pour Ilyumzhinov en disant qu’il devrait rembourser à une « date ultérieure ».

Pour être clair, Ilyumzhinov dépensait l’argent de la FIDE, l’argent de la fédération provenant des cotisations, pour tenter enfin de respecter les promesses personnelles jamais tenues en quatre ans !

Une fois de plus, les hommes désespérés font des choses désespérées. Il est triste que le président de la FIDE soit si primitif qu’il est embarrassant pour lui-même et qu’il cause des dommages à la FIDE avec un tel comportement : sa campagne de dénigrement ; sa corruption ; ses fausses promesses.

En mai 2013, voyant en les élections à venir une occasion de faire de l’argent, le cercle restreint d’Ilyumzhinov est venu avec un plan pour lever 30 millions de dollars, dont 25 millions de dollars seraient partagés par un groupe de 20 personnes « clés ». Les 5 millions restants seraient consacrés à la campagne pour acheter les votes de fédérations. On m’a promis que ma part ne serait pas moins que 2 millions de dollars, mais je ne voulais pas faire partie de ce système immoral.

J’avais laissé tout cela derrière moi et j’étais déjà membre de l’équipe Kasparov (et quotidiennement attaqué par Ilyumzhinov et « Makro et ses amis »), alors ce fut une surprise qu’en novembre dernier, à Chennai, ses intermédiaires m’ offrent 1 million de dollars pour quitter l’équipe Kasparov et rejoindre à nouveau Kirsan ! Ce sont eux qui tournent pour essayer d’acheter les soutiens par des paiements directs en espèces à des particuliers.

Moins d’un mois plus tard, au cours de la première semaine de décembre 2013, le vice-président de la FIDE Zurab Azmaïparashvili, maintenant candidat continental pour l’Europe, vint à Singapour « pour aider la famille de son fils à déménager » et il a fait une offre finale, doublant la mise à 2 millions de dollars. La nouveauté du deal était que je devais le prendre et disparaître du monde des échecs pendant un an, après quoi je serais « réengagé » dans la famille Ilyumzhinov. Quand j’ai à nouveau refusé, Azmaïparashvili m’a prévenu : « C’est la deuxième et dernière chance, sinon… »

Bien sûr, Ilyumzhinov doit vouloir croire que l’accord de Kasparov avec moi est tout simplement plus élevé que le sien – c’est ainsi qu’un esprit corrompu fonctionne. Il suppose que tout le monde est tout aussi corrompu.

Dans leur FIDE et avec cette vision du monde, Ilyumzhinov et « Makro et ses amis » ne pourront jamais comprendre que je suis avec Kasparov pour mon amour envers les échecs.

Ignatius Leong

Secrétaire général de la FIDE

Singapour

Le  25 mai 2014